Mondenim.com : les plus grandes marques de Jeans Denim Homme et Jeans Denim Femmerelationclient@mondenim.com

Accueil -   Mondenim et vous- Jeans et denim de A à Z


Tout sur le jeans et le denim


Jeans et denim de A à Z

 

A comme...

Aizome

Aizome” décrit une évocation du bleu du ciel, de l’eau, de la mer et du Japon. “Ai”, c’est le pays natal qui donne toute la sérénité de l’esprit.

L’aizome est l’une techniques de teinture les plus vieilles du Japon, présumée avoir été importée de Chine et qui aurait évolué au fil du temps : pour obtenir lindigo : les feuilles séchées de lindigotier sont mises à fermenter pendant tout l’hiver pour obtenir le sukumo. Puis un mélange de saké, de cendre de bois, de chaux, d’eau etc… est ajouté, le tout chauffé pour un second cycle de fermentation, qui permettra d’obtenir l’indigo.

Elle fut longtemps utilisées pour les vêtements de travail extérieur, les tissus de décoration et même les vêtements et armures de samouraï.Quasiment disparue et remplacée par des procédés de teinture industriels incomparablement plus productifs, cette technique totalement naturelle produit un bleu indigo d’une intensité incomparable.

Pas étonnant qu’elle fasse de la résistance dans le Sud du Japon, comme la région d’Okayama, pour la production des fameuxjeans denim japonais.


B comme...

Jeans Baggy

Le jeans Baggy est un modèle très large, taille (très) basse, jambes ultra-longues et entrejambe très bas, dont la coupe a été baptisée « Baggy » par les Américains en référence aux sacs de course en papier resserrés avec une ficelle.
Emblématique de la tendance streetwear, le jeans Baggy voit le jour aux Etats Unis sous l’impulsion de Marithé et François Girbaud, au début des années 80, inspirés en partie des pantalons portés par les détenus, dépourvus de ceinture et par conséquent sans retenue sur les hanches. En sortant de prison, la pluparts des détenus, à l’aise dans ce style de jeans, ont continué à porter leur jeans en forme de baggy, ce qui était au début qu’un simple « dérapage stylistique » est devenu un phénomène de mode et un signe d’appartenance à une communauté très branchée Hip Hop.

 

Jeans denim Bio

Le denim bio est une toile réalisée à partir de coton biologique, un coton récolté dans le respect de la population et de l’environnement, en encadrant strictement l’usage des produits nécessaires à sa culture et sa production.

Plusieurs marques ont recours à de la toile denim biologique pour réaliser leurs jeans, comme NUDIE JEANS.


Jeans Bootcut

Le jeans bootcut est un jean moulant aux cuisses et au bas légèrement évasé, qui a eu ses heures de gloires dans les années 70, tout en réussissant à revenir sur le devant de la scène et devenir un classique dans de nombreuses gammes de jeans femme.

 

Jeans Boyfriend

Le Boyfriend est un jeans de fille faussement emprunté au garçon et porté de façon apparemment -apparemment seulement- négligée : il est ainsi porté un peu large, en général retroussé à la cheville, avec entrejambe descendue.

Le jeans Boyfriend, qui présente un certain cousinage avec le fameux Baggy pour la relative amplitude de ses lignes, rend également un lointain hommage à la préhistoire du jeans, un temps que les moins de 60 ans ne peuvent pas connaître, c’est à dire l’immédiate après-guerre. A cette époque, le jean n’existe encore essentiellement qu’en version Homme, et commence à susciter les convoitises de certaines femmes qui, en attendant de trouver des modèles vraiment adaptés à leur morphologie, n’hésitent pas à porter des modèles de Jeans Homme.

Le Jeans Boyfriend est réalisé le plus souvent dans des variations de délavage indigo, ce qui renforce sa dimension casual.

 

Jeans Brut

Le jeans brut est réalisé à partir d’une toile denim brute, qui a subi la phase de teinture (notamment le fameux indigo), mais pas celle du délavage. C’est la raison pour laquelle un jeans brut a ce rendu authentique : sa toile est plus rugueuse et rigide, sa teinte très soutenue : il exprime une forme de quintessence du jeans, un retour à ses origines de vêtement de travail destiné à la fin du XIXème siècle aux chercheurs d’or ou aux ouvriers des chemins de fer aux Etats Unis. Ce n’est pas étonnant qu’il soit redevenu l’un des must du vestiaire de la gent masculine, sensible à cette forme d’expression de leur virilité ; pour autant, les femmes ne sont pas en reste, bien servies par des créateurs très inspirés par cette forme d’art brut…

 

 

C comme...

Jeans Carotte

Jeans carotte est une coupe ample au niveau de la taille et des hanches pour se resserrer progressivement jusqu’en bas, laissant apparaître les chevilles, donnant l’impression d’une coupe en forme de carotte.

Très en vogue dans les années 50, le jeans carotte est redevenu tendance depuis 2 à 3 ans.

Il y a un cousinage certain entre le jean carotte et des coupes comme le Jeans Boyfriend (pour son amplitude au niveau des hanches et de la taille), le Jeans 7/8 (parce qu’il s’arrête au-dessus des chevilles), ou encore le Jeans tapered (parce qu’il s’étroitise progressivement du haut vers le bas du pantalon, mais de manière plus régulière).

 

Jeans Chino

Une fois encore, le jean démontre ses capacités de métissage avec d’autres styles, d’autres univers. Après le jegging (jeans legging), le jogging jeans, on parle actuellement de plus en plus du jeans chino, désormais présent dans la collection jeans de nombreuses marques.

Le jeans chino, c’est le croisement d’un jean –réalisé en toile denim- avec le chino, un pantalon réalisé en tissu sergé qui a été popularisé par les soldes de la seconde guerre mondiale.

Le chino, c’est à l’origine un pantalon en toile en coton, d’abord beige, avant de se décliner en de multiples coloris, et de devenir l’un des symboles du look preppy (du nom de cette tendance inspirée des étudiants américains de bonne famille qui préparent les grandes écoles dans les fameuses « prep-schools ». Le chino s’exprime dans des coupes classiques (regular fit) et décontractées, et plus récemment légèrement stretch.

 

Jeans Cigarette

Non, le jeans cigarette n’est ni la manifestation d’un coup de tabac sur la toile indigo, ni une incursion à peine voilée de l’Industrie du Tabac dans le monde de la mode denim !

Un jeans cigarette est en fait un jean ajusté à coupe droite, à mi-chemin entre le straight et le slim, dont la particularité est de présenter un tour de bas de pantalon resserré et une longueur de jambe tombant parfaitement juste au-dessus du pied, pour éviter les effets de plis.

La coupe cigarette, très en vogue dans les années 60, est de retour ces dernières années, trouvant un beau territoire d’expression en version jeans « casual chic » ; opportunément complété d’une veste et d’une chemise, voire d’un tee shirt plutôt sobre, le jeans cigarette est une alternative aussi crédible que séduisante au pantalon de costume, notamment en soirée.

 

Chambray

La chemise en chambray est très tendance ces dernières saisons, tantôt version casual (par exemple portée façon surchemise par-dessus un tee-shirt gris ou blanc) , tantôt version plus chic (associée avec une veste de blazer), s’accorde parfaitement avec un jean bleu foncé (brut par exemple) – se posant ainsi comme une alternative au total look denim (le fameux look ‘double denim), et se déclinant dans une variété impressionnante de teintes de bleu et d’autres couleurs.

Egalement réalisé à partir de coton dans la plupart du temps bleu,le tissage du chambray diffère du fameu sergé du denim; très confortable, il est en général plus souple et plus léger que la toile denim.

Pour tout dire, le chambray est en train de devenir - toute proportion gardée -à la chemise ce que le denim est au pantalon: un classique polyvlent et confortable du style casual chic.

 

Jeans de créateur

Le retour en grâce du denim au cours des années 90 doit beaucoup à l’intérêt qu’il a réussi à susciter auprès des créateurs et stylistes de mode, ravis d’exprimer leur talent à travers une pièce basique et universelle, parfois même bien décidés à se faire un nom en commençant par cette figure imposée qu’est le jean.

C’est ce qui a donné naissance au jean de créateur, que l’on pourrait définir comme un jean premium (son prix fait partie des plus élevés sur le marché), réalisé en petite série et distribué en boutiques de prêt-à-porter de luxe. Mais ce qui définit aussi le jeans de créateur, c’est la qualité de son fit, l’esthétique de ses coupes et, en général, son haut niveau de confort.

Le jeans de créateur doit beaucoup à la tradition sartoriale de l’Italie.


Jeans Crinkle

Un jeans ‘Crinkle’ est un jean dont la toile denim a subi un traitement pour lui donner en partie ou en totalité un effet froissé, ce qui provoque des irrégularités et des variations de teinte sur la toile, pour un rendu texturant et un style 100% Rock.

Ce procédé, appliqué sur des toiles denim plutôt fines, est utilisé par de nombreuses marques pour certains de leurs modèles de jeans denim, comme LEVI’S, ARMANI JEANS, SANDRO ou DIESEL.

S’il existe des indications pour apporter à son jean un effet ‘Crinkle‘ (notamment au cours du lavage – séchage), mieux vaut opter directement pour un jeans avec finition ‘Crinkle’ ou ‘Froissé’.

 

 

D comme...

Jeans 3D

La 3D est partout : cinéma, consoles de jeu… alors pourquoi pas le denim? Bien entendu, un denim 3D a de quoi laisser sceptique.

Et pourtant, c’est tout ce qu’il y a de plus sérieux : le jeans 3D est un modèle de jean conçu comme un volume en mouvement, et non comme une simple forme à plat : il a vocation à être anatomique et à épouser les formes du corps dans le plus grand respect du confort – une vrai quadrature du cercle.
Cela donne des coupes complexes, des modèles très structurés jusqu’au moindre détail.

C’est précisément dans l’esprit 3D que le modèle culte ELWOOD deG-STARa été créé par Pierre Morisset. Puis viendront une longue série de modèles, sophistiqués, résultant de l’assemblage de pièces pour un ajustement maximal, comme le non moins fameux ARC 3D.
Le denim n’a pas fini de nous étonner.

 

Denim

Le denim est la contraction de « de Nîmes », en référence au tissu sergé fabriqué à l’origine dans cette ville; il s’agit d’un tissu en coton composé d’un entrelacement d’un fil de trame clair avec un fil de chaîne teint; son processus de délavage est progressif, compte tenu de son procédé de teinture qui n’est pas ‘à cœur’, et qui offre des possibilités de variations de couleur, des effets de contraste que n’offre pas le jean.
Le denim se distingue donc du jean par son aspect, mais aussi par son confort: il est plus agréable à porter que le jean, expliquant que le denim va progressivement s’imposer au détriment du jean, en particulier lors de l’avènement de son adoption par le grand public pour un usage loisir, après guerre.
 

Double denim

Le look « double denim » est l’équivalent du fameux « total look denim », autrement dit le port d’une toile denim de la tête au pied, c’est à dire un jeans assorti à une veste, une chemise ou un blouson en denim.

Les avis sont partagés sur le double denim : un peu « too much » ou simplement datés pour certains -toute ressemblance avec Hugues Aufray ne serait que pure coïncidence-, ou au contraire l’occasion de porter haut leur matière préférée pour d’autres.

 

Denim japonais

Le denim japonais est une toile denim dite « selvedge » réalisée sur des métiers à tisser traditionnels à navette, selon un procédé de fabrication complexe (lire aussi l’article "Le denim de A à Z: le denim ‘selvedge" ).

Les jeans réalisés avec cette précieuse toile se distingue par:
-ses coutures extérieures naturelles et nettes qui ne s’effilochent pas
-une épaisseur en général supérieure aux standard habituels, de 13 à 21 oz, voire parfois 23 oz, contre 10-12 oz pour une toile denim classique
-un procédé de teinture exigeant pour obtenir un indigo intense et sa très bonne tenue à l’usage

Le denim japonais est devenu une référence pour la réalisation de jeans brut; les marques japonaises y ont naturellement recours (Edwin, Iron Heart, 45rpm…).

 

Duck (toile)

La toile Duck est initialement une toile en coton utilisée aux origines du jeans, dans l'Amérique du Nord du XIXème siècle : une toile épaisse et particulièrement solide utilisée dans la confection de vêtements de travail, voire de l'armée. Elle a progressivement cédé sa place à la toile denim, considérée à l'époque comme moins salissante et surtout moins rugueuse.

La toile Duck a fait son retour ces dernières années, portée par la tendance 'workwear', et revisitée dans le respect des standards de confort et de qualité de finition d'aujourd'hui , comme le Duck Canvas Selvedge signé Naked & Famous. 

 

E comme...

Jeans enduit

Le jeans enduit, appelé également « jean huilé », « jeans laqué» ou encore « jeans ciré » (« waxed jeans » dans la langue de Shakespeare), est un jean recouvert d’un enduit translucide qui lui procure un aspect brillant, satiné, et une texture rigide, comme s’il s’agissait d’une toile denim très épaisse.

Le jeans enduit n’est pas sans évoquer le look biker, les codes vestimentaires des motards ayant depuis longtemps adoptés des matières enduites pour des raisons pratiques évidentes.

Le jeans enduit a véritablement commencé à se populariser lors des collections 2007-2008.

 

Entrejambe (ou longueur de jambe intérieure)

La longueur d'entrejambe correspond à longueur à partir du haut de l'intérieur de la cuisse jusqu'aux bas des pieds. Pour la mesurer, tenez vous bien droit à la verticale, et prenez la mesure en partant du haut de l'intérieur de vos cuisses jusqu'au bas des pieds.

La longueur d’entrejambe fait partie, avec le tour de taille (ou tour de ceinture) et le tour de hanches (ou tour de bassin), des mensurations utilisées pour définir avec précision les dimensions d’un jeans.

La longueur d’entrejambe correspond à la longueur à partir du haut de l’intérieur de la cuisse jusqu’au bas des pieds.

Pour mesurer sa longueur d’entrejambe, c’est simple. Vous prenez un mètre-ruban (à défaut, rabattez-vous sur une ficelle), et prenez la mesure, en position debout, entre le haut de l’intérieur des cuisses et le bas des pieds. Cela vous donne une dimension en cm.


Jeans Evasé

Le jeans évasé a fait son apparition en pleine période du mouvement de contre-culture hippie, à la fin des années 60. Il porte aussi le nom de ‘jeans patte d’éléphant‘ ou ‘jean patte d’eph‘.

Un jeans évasé part souvent d’une jambe droite et plutôt ajustée au niveau des cuisses, pour s’élargir à partir du genou jusqu’au revers du pantalon.

Deux variantes principales existent :
-le jeans bootcut, moulant aux cuisses et au bas légèrement évasé
-le jeans flare : taille haute, moulant aux cuisses et aux fesses, bas très évasé.

 

 

F comme...

Fit du denim

Le fit d’un denim signifie sa qualité d’ajustement à la morphologie, sans recours à une quelconque retouche, et qui s’exprime à travers la qualité de sa coupe, impactant aussi bien la silhouette / le look et le confort. La phase d’essayage, jadis synonyme chez un tailleur d’ajustement du vêtement, se traduit par « fitting » en Anglais.

Le fit va de paire avec une attente accrue d’individualisation de leur jeans de la part des consommateurs, dans un esprit « sur-mesure »; pour une certaine catégorie d’amateurs avertis, c’est ainsi autant pour le prestige de la marque que pour la qualité de son fit qu’ils seront prêts à acheter parfois à un prix déraisonnable leur jean favori.

Il n’est donc pas étonnant que les fabricants et créateurs de jeans mettent beaucoup en avant la qualité du fit de leur modèles, leur permettant de se différencier de l’offre concurrente et de justifier leur prix de vente. Le succès du denim sculptant est d’ailleurs là pour en témoigner. (lire aussi les articles « le denim sculptant: révolution ou simple phénomène de mode? » et « Le denim de A à Z : le denim sculptant »)

Mais le fit sert aussi et surtout à désigner le confort d’un jeans : la notion de confort qui s’ajoute aux critères bien connus pour définir un jeans (W-tour de taille et L-longueur de jambes). On trouvera ainsi un confort (fit) du plus ajusté (slim) au plus ample (loose), en passant par la référence mediane : le fameux Regular fit.

Le fit est donc un critère dont il faudra tenir compte dans le processus de choix de son jeans, orientant logiquement plus vers une coupe que vers une autre.

 

Jeans Flare

Le jeans flare est un jean à taille haute, moulant aux cuisses et aux fesses, bas très évasé.

 

Fourche d'un jeans denim

La fourche d’un jeans denim est la couture qui part du milieu du dos et qui va jusqu’au milieu du devant, en passant par l’entrejambe et s’arrêtant à la base de la braguette. Plus la taille sera haute et l’entrejambe basse, plus la fourche sera longue.

Un jeans dont la fourche est trop courte peut s’avérer très inconfortable à l’usage, à l’origine de frottements à l’entrejambe (le cas typique d’un jean qui ‘rentre dans les fesses’, si l’on peut dire).

A la différence de certains pantalons réalisés avec des coutures ‘simples’, les coutures (avec rabat) du jeans ne permettent pas de retoucher facilement la longueur de la fourche : il convient donc d’opter pour un jean d’emblée bien ajusté à l’entrejambe, ce que proposent d’ailleurs aujourd’hui la plupart des grandes marques de denim, qui accordent aujourd’hui autant d’importance à la qualité de la coupe qu’au confort de leurs modèles, et donc aux bonnes proportions entre taille, fourche et entrejambe.



H comme...

Hanches (tour de) : appelé également Tour de bassin, c’est l’une des 3 principales mensurations du jeans, correspondant à la mesure de l'endroit le plus fort du bassin (généralement à la hauteur des fesses).

 

 

I comme...

Indigo

Le bleu indigo (de l’Espagnol ‘indien’) est la couleur qui va rapidement s’imposer comme LA couleur du jeans en denim, à la fois moins salissante, facile d’entretien et consensuelle.

La teinture indigo est à l’origine extraite de l’indigotier, un arbuste cultivé dans les pays chauds; l’indigo d’origine naturelle, dont la particularité est de révéler sa couleur au contact de l’air, a désormais été supplanté par l’indigo d’origine synthétique, qui a pour vertu de mieux se fixer dans la toile, et est donc beaucoup moins sensible au délavage.

 

 

J comme...

Jegging

Il fallait oser le croisement entre le jeans et le legging, deux familles de pantalons qui n’ont a priori pas grand chose à voir l’une avec l’autres, et que l’on a croisé pour réaliser une nouvelle catégorie de pantalons pour femme : le jegging, contraction de jean et legging.

Le jegging est-il le résultat d’un mariage contre nature entre le jean et le legging?

*à ma droite, le legging, réalisé en matières élastiques, archi-moulant, uni ou imprimé, décliné dans une palette de couleurs unies; exclusivement féminin, il est récemment revenu sur le devant de la scène vestimentaire.

*à ma gauche, le jeans, réalisé en toile denim, plutôt indigo, qui joue sur les effets de délavage ou de finitions (scratchs, zips, surpiqûres, formes de poches…) et sur la variété des coupes (du Baggy au straight en passant par le bootcut, le 7/8 ou encore l’ultra-slim)

Il n’est nullement question d’un mariage contre nature, mais d’une synthèse, d’une sorte d’hybridation entre le jeans stretch et le legging, qui se retrouvent pour leurs caractéristiques moulantes, grâce à l’utilisation d’Elasthanne dans leurs compositions, à des proportions différentes.

 

Jogging jeans

Les fabricants de denim affichent depuis plusieurs années des vélléités de repousser toujours plus loin les frontières du jean, notamment en le croisant avec d’autres pièces vestimentaires : c’est le cas du jegging, à mi-chemin entre le jeans et le legging.

Le succès du jegging dans les collections Femme de ces dernières années n’est sûrement pas étranger à l’arrivée en 2011 d’une nouvelle audace stylistique rendue possible par une petite prouesse technique : le jooging jeans, c’est à dire le croisement d’un jean avec un pantalon de survêtement (ou jogging).

Cette nouvelle forme de modification génétique du denim, mi streetwear mi sportwear, a vu le jour sous l’impulsion de la société denimière Isko, reconnue pour ses capacités d’innovation. CQFD.

Une vraie innovation sur le marché, qui aura certainement ses accros et ses détracteurs, mais qui a le mérite de faire bouger les lignes du marché du jeans, et de proposer une promesse simple et efficace : le rendu d’un jeans, le confort molletonné d’un pantalon de jogging.

 

Jean
La toile de jean, originaire de Gênes, est unie : ses fils sont de même couleur et teintés ‘à cœur’. Utilisée depuis le XVIème siècle pour confectionner des vêtements, la composition de la toile de jean s’est progressivement diversifiée pour donner naissance vers la fin du XVIIIème siècle au denim.

 

Jeans (ou jean’s)
La dénomination « jean’s », utilisée à l’origine pour parler d’un pantalon en jean, fait aujourd’hui partie du langage courant. Un jeans est aujourd’hui réalisé en toile denim.

 

K comme...

Kakishibu

Le kakishibu est un procédé de teinture ancestral d’origine japonaise, qui consiste à faire fermenter les extraits d’un kaki, produisant un jos de couleur rouge / brun.

Véritable institution, vous pouvez trouver plus d’informations sur l’univers du kakishibu dans un livre qui lui est totalement dédié, et intitulé sobrement “kakishibu” (auteur : M. Imai Kyoujun).
 

Kapok
Le kapok (en malais : kapuk) est une fibre végétale que l'on tire de fruits de plusieurs arbres de la famille des Bombacaceae , en particulier ceux du kapokier (Ceiba pentandra, aussi appelé « fromager »), un grand arbre des zones tropicales, originaire de Java. 

Cette fibre très légère a pour caractéristique son imperméabilité et son imputrescibilité. Elle est constituée par les poils fins et soyeux recouvrant les graines. 

Naked & Famous a créé pour la saison FW 2016 le Kapok Denim, un modèle de jeans réalisé dans une toile denim 80% coton - 20% kapok.

 

L comme...

Levis Strauss

1853 : Levi Strauss vend des toiles de tentes et des bâches à San Francisco. Avec l’arrivée massive de migrants chercheurs d’or, il est sollicité par l’un d’eux pour lui réaliser un pantalon ultra-résistant, facile d’entretien ; cela lui donne une idée : confectionner un pantalon (en réalité une salopette) à partir d’une toile de tente (de couleur marron). Son premier client satisfait, les ventes vont se multiplier sous l’effet d’un efficace bouche-à-oreille.

Ainsi L’ancêtre de notre jean est né, mais il est alors loin de sa forme d’aujourd’hui.

Environ 1860 : Levi Strauss découvre la toile sergée de Nîmes -qui deviendra l’authentique toile denim. Il commence à commercialiser ses pantalons en toile denim, créant pour cette occasion la société Levi Strauss & Co.

1870 : un autre inventeur génial, Jacob W Davis, est sollicité par un bûcheron pour lui confectionner un pantalon ultra-résistant. Il lui vient l’idée de renforcer la solidité des poches par l’utilisation de rivets; les deux pioniers du denim que sont Levi Strauss et Jacob W Davis s’associent et, protégés par un brevet, peuvent produire des vêtements avec rivets en exclusivité pendant 20 ans.

1873 : face à une concurrence accrue, Levi Strauss innove une fois encore, en apposant sur les poches arrières des surpiqûres orange, le fameux "double stitching" . C’est le véritable acte de naissance du denim, car tout ce qui fait le jeans d’aujourd’hui est là : la toile denim, les rivets et les surpiqûres.

1890: Jamais aussi bon que dans l’adversité, Levi Strauss réagit aux assauts de la concurrence -qui peut désormais utiliser les fameux rivets- en lançant le premier modèle Levi’s 501(R); « 501 », à l’origine la référence du lot de tissu utilisé pour les premières fabrications, présente l’avantage d’être facilement mémorisable et rapidement écrit sur les bons de commandes des vendeurs de vêtements… ce qui incitera d’ailleurs Levi Strauss à baptiser la plupart de ses futurs jeans par un nombre à 3 chiffres et commençant par 5.

Low crotch

Un pantalon « Low Crotch » n’a rien à voir avec un pantalon "Low Cost" : littéralement, il s’agit d’un pantalon dont l’entrejambe est bas – parfois très bas, pouvant aller jusqu’au style sarouel, ce qui lui confére un style décontracté mais avec tenue et personnalité.

Le « Low Crotch » a su trouver sa place dans l’offre pantalons en toile, surtout chez la femme , tout en conquérant la mode denim, puisque les marques de jeans sont désormais nombreuses à proposer des modèles « Low Crotch ».

 

 

M comme...

Jeans à moustaches

Le jeans à moustaches est un jean qui présente des marques de délavages en forme de traits horizontaux au niveau du haut des cuisses, rappelant de façon stylisée des moustaches… félines.

Le jeans à moustache revient régulièrement sur le devant de la scène, comme actuellement, avec la popularité de l’effet usé, tant auprès des marques que du grand public, qu’il soit féminin ou masculin.

 

 

O comme...

OEKO TEX

Le label Oeko-Tex est un label d’origine allemande (lÖko Tex en Allemand dans le texte), destiné à garantir les qualités éco-responsables des textiles, pour le double respect de l’homme et de l’environnement, à travers l’évaluation de l’utilisation de matières toxiques pour la fabrication ou dans la composition des fibres textile.

LOeko Tex est le premier label mesurant l’éco-responsabilité à s’être imposé dans l’Industrie Textile, au début des années 90, à l’initiative de deux instituts de recherche dans le textile, l’un Autrichien, l’autre Allemand.

Décerné par une association indépendante allemande, l’Oeko Tex est aujourd’hui un label recherché par les entreprises en pointe sur les sujets d’éco-responsabilité, notamment celles qui sont aussi engagées dans la filière de textile / toile denim bio, comme par exemple les marques NUDIE JEANS)

 

Okayama

Okayama est une Province du Sud du Japon, devenue l'un des hauts lieux de la production du jeans japonais, entre procédés de coloration traditionnels, métiers à tisser ancien et goût du travail bien fait, le tout pour donner naissance à ce que le jeans japonais selvedge compte de plus prestigieux aujourd'hui.

 

Overall

L’ overall’ est à l’origine une catégorie de pantalons et salopettes destinés à être enfilés par-dessus les vêtements, pour une utilisation essentiellement professionnelle.

Ils sont intimement lié à l’origine du denim, aux Etats Unis, à l’époque ou les fabricants de denim s’adressaient exclusivement à une clientèle professionnelle.

La marque américaine LEE a en effet l’idée de proposer un vêtement de travail solide et pratique, le fameux Bib Overall, un modèle de salopette en toile denim, en 1911.


Oz

L’oz (ounce) est une unité de poids anglo-saxone (1 oz = environ 28,4 g).

C’est aussi l’unité utilisée dans l’industrie textile pour quantifier le poids d’un tissu (et par voie de conséquence son épaisseur), notamment la toile denim. L'oz est calculée dans ce cas-là par m2 de textile : une toile denim de 10oz pèse donc 284g par m2.

Initialement prisé par les professionnels et les puristes du denim, l’oz s’impose progressivement comme l’un des indicateurs communément utilisé auprès du grand public pour définir un modèle de jeans, à l’instar de ses dimensions (Weidth et Length) et de sa finition (couleur/délavage).

L’industrie du denim exprime sa diversité par la variété d’épaisseur de toiles utilisées, étalonnée de 6-9 oz pour les plus fines -utilisées pour des collections estivales pour femme, à 21, voire 23 oz pour des denims japonais brut pour homme, à la toile rigide et ‘cassante’. L’épaisseur la plus communément utilisée se situe autour de 10 à 12 oz.

 

 

P comme...

Peau de pêche

L’effet « Peau de pêche » est une finition qui confère à la toile, au tissu d’un vêtement une texture douce, agréable au toucher, à l’instar de la peau du fruit éponyme.

Le traité « Peau de pêche » concerne plusieurs familles de vêtements, et notamment les vestes ou imperméables; dans la grande capacité d’adaptation qui le caractérise, le jeans existe aussi en version " Peau de pêche" ; il est souvent réalisé grâce à un procédé de sablage maîtrisé.

 

(Jeans) premium

Le jeans premium qualifie le segment haut de gamme du jean denim.

A l’instar de ce qui se passe sur de nombreux marchés, on constate une nette tendance à la « premiumisation » du denim, c’est-à-dire la montée en gamme d’une partie de son offre.

Mais comment définir un jeans premium? Le prix de vente consommateur bien sûr, en l’occurence sensiblement plus élevé que la moyenne du marché : un jean premium dépassera souvent les 120-130 € jusqu’à près de 200 €, voire parfois beaucoup plus lorsqu’ils sont réalisés en toutes séries, selon des procédés plus artisanaux à partir de matières plus rares (l’origine du coton, les procédés de lavage…)

Au-delà du prix de vente, plusieurs critères permettent de définir un jeans premium :

-l’exclusivité de la distribution : des boutiques mono-marques très qualitatives ou des magasins multi-marques dont l’assortiment est trié sur le volet

-la taille réduite des séries dans lesquels est produit le jeans premium, naturellement inférieure aux modèles ‘mainstream’, le fabricant privilégiant la qualité à la quantité, la rareté à la popularité

-la qualité de réalisation du jeans premium, que ce soit en terme de coupe, de confort ou de maîtrise des détails

-la marque ou la ligne du jeans premium, dont le positionnement est plus pointu, plus exclusif. C’est le facteur ‘image’, qui fait qu’un jeans signé par un label plus chic se vendra plus cher, appliquant ainsi les règles du secteur du luxe.

On dénombre plusieurs catégories de jeans premium :

-les jeans de créateurs, réalisés par des stylistes ou designers de renom ; c’est le cas de marques comme PATRIZIA PEPE, PAIGE, DSQUARED2 ou DOLCE & GABBANA.

-l’offre jean haut de gamme proposée par les grandes marques de denim, qu’il s’agisse de ligne spécifiques comme LEE 101 de LEE ® ou LEVI’S MADE AND CRAFTED de LEVI’S, ou simplement de modèles plus aboutis, plus travaillés que le reste de la gamme

-les jeans réalisés par des marques dont le positionnement est plus pointu, considérées comme étant au cœur des tendances mode et revendiquant une grande maîtrise technique : 7 FOR ALL MANKIND, DENHAM, MARITHE & FRANCOIS GIRBAUD, ou encore EDWIN.

En résumé, le jeans premium est pluriel, ce qui n’est pas la moindre de ses vertus.

 

R comme...

Regular fit

Le Regular Fit, c’est le confort d’un jean à coupe droite (straight), et taille régulière ou basse.

Le Regular Fit : c’est le confort median d’un jeans, à mi-chemin entre le Slim Fit -très ajusté, et le loose fit – plus ample : le bon équilibre entre ajustement et confort.

C’est aussi le plus classique, le plus polyvalent (facilement assorti), le plus intemporel, et finalement le plus universel , s’adaptant à la plus grande variété de morphologies, masculines et féminines.

Ce n’est pas un hasard si les principaux best-sellers de l’histoire du denim sont précisément des jeans Regular Fit – on ne citera que le 501 de LEVI’S.

En dépit de la percée de coupes de jeans alternatives au cours des 40 dernières années, que ce soit le bootcut dans les années 70, le slim ou le Baggy dans les années 80, ou encore la tendance à la pluralité des coupes au cours des dernières années (le retour du slim, le succès du tapered ou du Boyfriend), le Regular Fit n’a rien perdu de sa superbe : il reste un must du vestiaire denim Homme et Femme, une coupe que l’on peut porter au-delà des tendances, et assortir toujours aussi facilement.
Un confort que l’on adopte, que l’on délaisse pour des coupes plus typées, avant d’y revenir.

Bref, on toujours besoin d’un jeans Regular Fit chez soi! (lire aussi l’article "Jeans denim de A à Z : le fit et le confort)

 

Rivet

Le rivet est un élément -souvent métallique- qui prend la forme d’une tige cylindrique, et munie à l’une de ses extrémités d’une « tête », tandis que l’autre est aplatie par écrasement, permettant ainsi d’associer deux éléments.

Le rivet fait partie des fondamentaux du denim depuis près de 140 ans, et ce grâce à l’idée géniale de Jacob W Davis, qui est le premier à l’utiliser pour renforcer les poches de ses pantalons pour bûcherons. Il a longtemps été réalisé exclusivement à partir de cuivre.

Jacob W Davis s’associe à Levi Strauss pour en assurer la commercialisation avec force brevets, à partir de 1870, avec le succès commercial que l’on sait, et suivis quelques années plus tard par l’ensemble de ses concurrents. Levi’s est la marque par laquelle le rivet s’est généralisé dans la réalisation d’un jeans.

Un jeans 5 poches classique compte en général 6 rivets.

 

 

S comme...

Sakura

Le sakura est le cerisier ornemental du Japon, ainsi que ses fleurs. Il en existe plusieurs centaines de variétés, dont la couleur des pétales de fleurs varie du blanc au rouge, en passant par toute une variété de nuances de rose.
Au Japon, le sakura est un symbole de beauté éphémère, traditionnellement associé aux samouraï, dont la vie fut longtemps considérée comme belle et courte…telle la fameuse fleur de cerisier.

Le sakura a inspiré la création d’un des modèles de la collection SS16 de Naked & Famous, en créant le Sakura Stretch Denim, une toile denim de 12.5oz brute selvedge bleu indigo effet ‘slubby‘ avec fil de trame couleur… sakura.

 

Sanforisation

La sanforisation est une action mécanique associée à celle de la chaleur pour réduire la tendance au rétrécissement du coton.

Un jeans sanforisé est réalisé à partir de toile denim sanforisée, ce qui lui permet de voir réduit sensiblement ses risques de rétrécissement au cours des premiers lavages (de 1% à 3% selon les modèles).

La sanforisation est aujourd’hui un standard dans l’industrie du denim ; la plupart des jeans sont sanforisés, sans que cela soit nécessairement indiqué sur l’étiquette : c’est en fait lorsque la toile n’est pas sanforisée que c’est indiqué, comme par exemple le Naked & Famous Denim WeidGuy Unsanforized Natural Indigo Selvedge. 

En prévision du rétrécissement d'une à deux tailles qui se produit au cours des premiers lavages, il faut choisir un modèle non sanforisé dans une voire deux tailles supérieures à la taille que vous prenez d'habitude pour un modèle sanforisé.
 

Scratch

Scratch : littéralement la traduction anglaise pour une éraflure, une griffure, une égratignure.

Dans l’industrie du denim, le scratch est l’action qui permet de personnaliser un jeans par des éraflures, des déchirures, plus ou moins marquées, pour un effet déchiré, usé, troué.

Par définition, le scratch (ou « éraflure ») est assorti au denim, esthétiquement d’abord – une toile denim déchirée dévoile toutes les nuances de sa coloration – mais aussi philosophiquement : c’est l’expression d’une forme de liberté débridée tendance rebellion, qui remonte aux origines mythiques du denim.

Ce procédé est devenu très populaire à partir des années 80, notamment par des marques qui personnalisent leurs modèles, dans certains cas à l’unité, à coup de scratch inspirés. C’est notamment Guess ou encore des marques italiennes comme Replay ou Diesel, ou encore des marques de créateurs comme Dolce & Gabbana ou DSquared2, reflet de l’avènement d’une mouvance rebel-chic dans la mode de ces dernières années.

En bref, on peut vraiment dire qu’un effet scratch bien maîtrisé, ça déchire !

 

Denim sculptant

Le denim sculptant est une tendance qui s’est développée dans le secteur du jeans féminin dans les années 90, d’abord sous l’impulsion de quelques marques, comme Liu.Jo ou Salsa Jeans, avant d’être rejointes par d’autres et notamment Levi Strauss, avec sa gamme Levi’s ID Curve.

Le principe ? Des modèles très techniques, ayant fait l’objet d’un long développement, fondé sur une analyse détaillée des morphologies féminines, le recours à diverses techniques allant de l’ajout de plis ou de pinces à l‘utilisation de toiles plus ou moins stretch, dont l’effet sur la silhouette et la chute de reins sont décrits comme « miraculeux ».

(lire aussi l’article « le denim sculptant: révolution ou simple phénomène de mode ? »)

 

Toile denim Selvedge

La toile denim « selvedge » se distingue par ses coutures extérieures naturelles et nettes qui ne s’effilochent pas, à l’instar du bord naturel, la lisière d’un rouleau de tissu.

La toile selvedge est fabriquée sur des métiers à tisser traditionnels à navette, qui tissent un fil continu (la trame) de long en large, sur la longueur du rouleau de tissu; la trame crée la fameuse lisière en faisant une boucle de retour sur le bord de la toile. Un procédé de fabrication plus lent et forcément plus onéreux, pour une toile plus solide.

Le denim japonais a largement recours à cette toile, parfaitement adaptée au rendu brut et authentique recherché sur certains de ses modèles. Le nec-plus-ultra? l’utilisation d’un métier à tisser entièrement manuel.

 

Slub denim

Une toile denim "slub" est une forme d'expression vintage du jeans, réalisée à partir de coton naturel / 'slub', et procure un rendu et un toucher plus texturé (qui confine parfois légèrement au rugueux) qu'une toile denim standard et naturellement irrégulier. A découvrir avec le WeirdGuy Slub Stretch Selvedge de Naked & Famous, mais aussi le mythique Tokushima Hand Dyed ou l'Elephant5.


Stone bleached

Le Stone Bleached est un procédé de délavage associant la pierre ponce à des enzymes de blanchissement, pour un rendu « neige ».

Très en vogue dans les années 80, le rendu particulier procuré par le délavage Stone Bleached n’est plus dans l’ère du temps en France, tant pour des raisons esthétiques (on opte davantage pour un rendu brut ou plus subtilement délavé pour jouer sur les contrastes de la toile denim) qu’environnementales (le double recours à l’eau et des enzymes de blanchissement n’est pas la solution la plus eco-responsable!)

 

Stone Wash

Le Stone Wash est un rendu de délavage de la toile denim selon le procédé du Stone Washing, un délavage utilisant la pierre ponce, qui permet de gommer à son contact la couleur de la toile denim, et d’en améliorer la souplesse et la flexibilité.

Le principe? Placer les vêtements dans le tambour de lave-linges, accompagnés de pierres.

C’est le contact répété des pierres sur la toile des vêtements qui produit l’effet délavé et usé recherché.

Nombreux sont les fabricants qui prétendent être l’inventeur de ce procédé, très en vogue dans les années 70 et 80, et auquel le jeanneur français Marithé et François Girbaud a largement contribué.

Sans mauvais jeu de mot, nous dirons simplement que nombre de grandes marques ont apporté leur pierre au procédé du stone washing, en l’adaptant à ses contraintes industrielles, ou simplement pour explorer de nouveaux rendus de délavage. Il n’en reste pas moins que le Stone Washing est un pierre dans le jardin de l’éco-responsabilité.

 

Jeans Straight

Le jeans Straight est un jean de coupe « droite », ni trop large, ni trop ajusté, qui réussit le tour de force d’offrir confort et classicisme : il est intemporel, sorte de valeur refuge de la mode.

 

Jeans Strass

Le strass est un cristal constitué d’une quantité importante d’oxyde de plomb -dans certains cas plus de 50%, contre un minimum de 24% dans le cas d’un cristal classique- ce qui lui procure une grande capacité de réfraction, donc un effet très brillant.

Inventé et popularisé au milieu du XVIIIème siècle par Georges Frédéric Strass, le strass s’est progressivement imposé comme imitation du diamant, mais aussi d’autre pierres précieuses.

Depuis les années 70, le strass s’est progressivement fait une place dans la mode jeans que le strass s’est invité dans la mode denim, à une époque de grande créativité autour du jean, qu’il s’agisse des coupes (l’avènement du jeans évasé) ou des finitions (de nouveaux effets délavés, des personnalisations brodées ou surpiquées…); le procédé est simple : enchâsser des pièces de strass dans la toile denim : on parle de ‘jeans strass’ ou ‘jeans strassé’.

Le jeans strass fait partie des collections jeans Femme de marques s’adressant à une clientèle amatrice de vêtements ou accessoires fantaisie, un rien flashy.

 

Streetwear

Le Streetwear, ou vêtements dits « de rue », qualifie un style vestimentaire apparu au début des années 80 aux Etats Unis.

A cette époque, on assiste à l’émergence de nouveaux courants d’expression artistique et culturelle qui s’expriment dans la rue –les mouvements Hip-hop, Rap, R’n’B, ou encore des taggeurs / grapheurs- qui vont adopter et promouvoir un style de vêtements décontractés, portés très ample, adaptés aux exigences de leur passion.

Parmi les incontournables du vestiaire Streetwear, le pantalon en jean Baggy, qui fera le succès de Marithé et François Girbaud aux Etats Unis, les tee shirts et sweet shirts larges et colorées, les baskets très NBA, la casquette et les accessoires divers.

Le Streetwear n’a pas tardé à s’exporter, relayé dans un premier temps par les inconditionnels du Hip-Hop ou du Rap, avant de séduire un public 15-25 ans plus large, et de nouvelles générations, comme les Skateboarders, lui assurant une pérennité qui n’était pas acquise au départ.

C’est aussi et surtout devenu au fil du temps une source d’inspiration incontournable de la mode denim, -à l’instar du Sportswear ou de tendances plus "casual-chic".


Jeans Stretch

« Stretch » peut se traduire en français par « élasticité », « extensibilité », déformation.

Un jean stretch présente des propriétés d’élasticité qui lui permettent des coupes très près du corps, et un confort très appréciable: les ingrédients qui expliquent son récent retour en force dans le vestiaire féminin ces dernières années.

Principale fibre utilisée pour ses propriétés élastiques dans la réalisation d’un jeans stretch, l’Elasthanne est une fibre synthétique -contraction d’élastique et polyuréthanne, que l’on incorpore à la toile denim en coton, dans une proportion généralement comprise entre 1 et 5%, parfois davantage.

La réalisation de cette fibre est un enjeu économique important, qui a déjà suscité le dépôt de nombreux brevets et de marques (notamment le Lycra ®).

c’est l’un des facteurs clés du succès du denim auprès de la clientèle féminine, notamment avec le jeans « sculptant ».

 

Sumi 

L'encre Sumi est la version japonaise de l'encre de chine. C'est l'encre utilisée traditionnellement pour la calligraphie japonaise. Certains modèles de jeans font appel à l'encre Sumi pour leur teinture, ce qui leur procure une intense teinte noire. C'est le cas du Sumi Ink Coated Selvedge signé Naked & Famous


Surpiqûre

La surpiqûre ou « double stitching » est une piqûre apparente sur un textile, exécutée au point droit.

Elle peut avoir fonction décorative (jouer sur le contraste des couleurs entre le fil et le tissu) ou fonctionnelle (renforcer la couture maintenant deux pièces de tissu)

C’est en 1873 que la surpiqûre fait son apparition dans la fabrication du denim, à l’initiative de Levi Strauss - encore lui – qui a l’idée d’apposer des surpiqûres oranges sur les poches arrières de ses pantalons. C’est ce qui marquera la naissance du jeans dans sa forme actuelle.

Les fabricants exploitent aujourd’hui la surpiqûre comme un moyen de personnaliser leur modèles de jean, par le choix des couleurs et des motifs réalisés.

 

 

T comme...

Taille du jeans

La ‘taille‘ est déjà très présente dans l’univers du jeans denim, que l’on parle de la taille d’un modèle (L, XL etc…) ou du tour de taille (encore appelé tour de ceinture, soit le la circonférence du corps mesurée à l’endroit le plus creux de l’abdomen).

La taille d’un jeans, c’est aussi une façon de décrire la position du tour de ceinture lorsque le jean est porté. Ainsi, on distinguera le jeans taille basse, taille regular ou taille haute.

A ma droite, le jeans taille basse (Low Waist) : un style de jeans porté bas, c’est-à-dire juste à la hauteur, voire sous les hanches (dimension inférieure entre l’entrejambe et la ceinture); très en vogue dans les années 70, revenu en force dans les années 90 et devenu un classique de la mode jeans, très prisé des adolescents et jeunes adultes.
Le taille basse est souvent associé à des coupes de jeans bootcut ou slim.

A ma gauche, le jeans taille hausse (High Waist), en vogue dans les années 50 et dans les années 80, traditionnellement prisés par une population un peu plus âgée ou aux goûts plus traditionnels, mais également à nouveau très tendance : nombre de jeans sculptant on recours au taille haute, comme une manière d’accentuer la cambrure du bas du dos, et faire ainsi ressortir avantageusement le postérieur. Associé à des coupes de jeans bootcut ou slim.

Entre les deux, le jeans taille regular (Regular Waist), un classique, intemporel. C’est le choix sans risque, compatible à tout type de coupes, notamment straight et tapered.


Taille basse (Low Waist)

Le «taille basse », en anglais « Low-rise waist », est une style de jeans porté bas au niveau de la taille, c’est-à-dire juste à la hauteur, voire en dessous des hanches.

Cela s’explique par une dimension sensiblement inférieure entre l’entrejambe et la ceinture.

Appelé également jeans Hip-écolos, LowCut ou Lowrider, le jeans taille basse a vu le jour avec le mouvement hippie de la fin des années 60, avant de devenir un incontournable des pistes de danse, dans les années 70.

Le taille basse rencontre une traversée du désert au cours des années 80, au profit de coupes à taille haute, avant de revenir en force à partir des années 90, notamment à travers les jeans sculptants, et les réalisations de créateurs, comme Alexander McQueen au milieu des années 90, avec son fameux modèle Bumster à la taille très très basse…

Depuis les années 2000, le taille basse est un incontestable must de la mode denim, particulièrement prisé par un public adolescent / jeune adulte, Homme ou Femme. Il est aujourd’hui difficile de trouver des marques de denim qui ne propose pas dans leurs collections des modèles réalisés exclusivement ou déclinés en version taille basse.

Le succès chez les jeunes du jeans taille basse ne manque pas de faire débat à la maison : quiconque a des enfants adolescents sait ce qu’une dispute sur le port d’un jeans taille basse veut dire; car pour compléter son look jeans taille basse, le choix des sous-vêtements est tout aussi stratégique : ils ont en effet toutes les chances d’être visibles. Un concept forcément diversement apprécié par les parents…

 

Tapered

"Tapered" , littéralement, peut vouloir dire fuselé, ou conique. Un jean tapered peut donc avoir une coupe évoquant une forme conique. On dit aussi qu’un jeans tapered est fuselé, ou adopte la forme d’un diamant inversé.

Il est plus ou moins samble au niveau des cuisses, et resserré sur les chevilles – un « anti-bootcut » en quelque sorte.

Au fil du temps, le tapered a réussi à trouver sa place et se présenter en vraie strong>alternative aux intemporels straight et slim, en étant particulièrement adapté aux cuisses musclées / fortes.

Le jean tapered a vu le jour au milieu des années 90, sous l’impulsion de Pierre Morisset pour la marque hollandaise G-STAR et son célèbre modèle ELWOOD.

Ce qui explique en partie le succès du tapered dans le vestiaire denim féminin et masculin, et dans les collections de la plupart des marques de jeans, c’est d’une part son confort (l’aisance au niveau des cuisses), d’autre part une certaine forme de modularité : on trouve en effet des coupes tapered plutôt droite, tapered standard ou encore tapered large, sans oublier des versions Taille Basse, offrant un très bon compromis entre confort et ajustement pour la plupart des morphologies.

 

Toile denim

Le denim, contraction de « de Nîmes » en référence au tissu sergé fabriqué à l’origine dans cette ville, est un tissu en coton composé d’un entrelacement d’un fil de trame clair avec un fil de chaîne teint ; son processus de délavage est progressif, compte tenu de son procédé de teinture qui n’est pas ‘à cœur’.

C’est ce qui différencie le denim de la toile de jean, originaire de Gênes, qui est unie car tous les fils sont de même couleur et teintés ‘à cœur’.

Utilisée depuis le XVIème siècle pour confectionner des vêtements, la composition de la toile de jean s’est progressivement diversifiée pour donner naissance vers la fin du XVIIIème siècle au denim.

C’est aux Etats-Unis pendant l’entre-deux-guerres que le denim obtient ses lettres de noblesses, en se substituant peu à peu à la toile de jean : le jeans (le pantalon) en toile de jean cède ainsi la place au jeans en denim, la toile de jean étant plus rugueuse, donc moins agréable à porter que le denim.

 

Tour de taille

c’est le tour de taille ou encore appelé tour de ceinture, elle correspond à la circonférence horizontale du corps mesurée à l'endroit le plus creux de votre abdomen, cette zone se situe généralement juste au dessus ou au dessous du nombril.

Pour mesurer votre tour de taille, utilisez un mètre-ruban. Tenez vous debout, bien droit et passer le ruban autour de votre abdomen à l'endroit le plus creux après avoir expiré normalement. En effectuant cette mesure assurez vous que le mètre-ruban n'est ni trop lâche ni trop serré, qu'il repose bien à plat sur votre taille et surtout que la mesure se fait bien à l'horizontal (surtout autour du dos).

 

 

U comme...

Effet Usé

L’Effet usé (ou « vieilli« ) est une tendance majeure de la mode jeanswear : il sublime l’une des caractéristiques intrinsèques à la toile denim : celle de se patiner avec le temps, c’est à dire de se bonifier progressivement comme un beau cuir, faisant de l’usure naturelle une marque de personnalisation et de vécu valorisante, quand elle n’est que faute de goût ou manque de soin rédhibitoire pour la plupart des autres matières.

Bien entendu, l’Effet usé s’obtient naturellement au fur et à mesure que l’on porte et que l’on lave son jean.

Mais il est surtout aujourd’hui beaucoup utilisé par les marques de denim dans la réalisation de certains de leurs modèles, pour les personnaliser et faire ressortir la subtilité chromatique ou structurelle de la toile denim.

C’est dans ce cas-là une sorte d’anti jeans brut, qui lui est préservé de tout procédé de vieillissement préalable.

L’Effet usé fait appel aux procédés de délavage classiques, qu’il s’agisse du Stone Wash ou du Stone Bleached, mais aussi les procédés plus récents, comme le Wattwash de Marithé et François Girbaud ou le traitement à l’ozone du Temps des Cerises.

Il est aussi question des méthodes de personnalisation par les éraflures, plus ou moins marquées, pour un style plus ou moins trash.

Le recours à l’Effet usé est partie intégrante du style jean vintage, qu’il s’agisse de délavages plus marqués au niveau des plis ou des cuisses, ou encore d’éraflures de toute nature.

 

 

V comme...

Vegan

Un jeans vegan est un jeans dont le jacron (son étiquette) est conçu dan une matière autre que d'origine animale; en fait, un jacron "qui ressemble à jacron en cuir, mais qui n'est pas en cuir", et qui peut se revendiquer conforme aux pratiques du veganisme.
 

Jeans Vintage

A l’origine, le vintage désigne des articles anciens de marques de prestige, et destinés à une petite minorité de passionnés.

Par extension, il s’agit aussi d’un article rétro et usité, dont le passé « porté » est de nature à en faire un article convoité.

Le denim n’échappe pas à la mode du vintage, sous l’impulsion des marques, pour lesquelles c’est le moyen de revisiter leur passé prestigieux ; le jeans vintage est, pour l’essentiel, un modèle mythique, emblématique de son époque, et réédité par la marque.

C’est d’ailleurs le concept de la ligne Levi’s Vintage Clothing ®, avec laquelle Levi Strauss revisite son prestigieux passé de pionnier du jeans.

 

 

Z comme...

ZIP

C’est dans les années 20 que les fermetures éclairs (« zip » en Anglais) ont fait leur apparition sur le jean. D’abord accueillies sans grand enthousiasme, elles se sont progressivement imposées; aujourd’hui, fermetures éclair et fermetures à boutons se partagent les faveurs du denim.

Le zip a marqué des points ces dernières années dans la confection du jeans, qui pour personnaliser les poches arrières, qui pour agrémenter le bas du pantalon.

 

Jeans 7/8

Le jeans 7/8 (autrement appelé ‘Feu-de-plancher’) est très tendance dans la mode denim du moment, présentant la particularité de dévoiler opportunément les chevilles.

Les origines du succès actuel du 7/8 sont multiples :

- retour de la tendance à montrer ses chevilles, l’anti-thèse des bootcut et autres flare, qui cachent une partie des chaussures (lire aussi l’article " Tendance denim : quand les chevilles se montrent à nouveau" )

-grande faculté d’adaptation à certaines morphologies (par exemple, elle apprivoise certaines rondeurs ou s’accommode très bien de jambes interminables)

-compatibilité avec de nombreux looks, du plus casual au plus chic.

Depuis des siècles, le kakishibu est utilisé au Japon dans des applications très variées, qu’il s’agisse de teinture naturelle (dont les vertus antibactériennes sont à souligner), de cosmétique, de renfort de filets de pêche, de purificateur de vin de riz (le fameux saké), ou encore d’additif à la peinture.

Aizome” décrit une évocation du bleu du ciel, de l’eau, de la mer et du Japon. “Ai”, c’est le pays natal qui donne toute la sérénité de l’esprit.

L’aizome est l’une techniques de teinture les plus vieilles du Japon, présumée avoir été importée de Chine et qui aurait évolué au fil du temps : pour obtenir lindigo : les feuilles séchées de lindigotier sont mises à fermenter pendant tout l’hiver pour obtenir le sukumo. Puis un mélange de saké, de cendre de bois, de chaux, d’eau etc… est ajouté, le tout chauffé pour un second cycle de fermentation, qui permettra d’obtenir l’indigo.

Elle fut longtemps utilisées pour les vêtements de travail extérieur, les tissus de décoration et même les vêtements et armures de samouraï.

Aizome” décrit une évocation du bleu du ciel, de l’eau, de la mer et du Japon. “Ai”, c’est le pays natal qui donne toute la sérénité de l’esprit.

L’aizome est l’une techniques de teinture les plus vieilles du Japon, présumée avoir été importée de Chine et qui aurait évolué au fil du temps : pour obtenir lindigo : les feuilles séchées de lindigotier sont mises à fermenter pendant tout l’hiver pour obtenir le sukumo. Puis un mélange de saké, de cendre de bois, de chaux, d’eau etc… est ajouté, le tout chauffé pour un second cycle de fermentation, qui permettra d’obtenir l’indigo.

Le kapok (en malais : kapuk) est une fibre végétale que l'on tire de fruits de plusieurs arbres de la famille des Bombacaceae , en particulier ceux du kapokier (Ceiba pentandra, aussi appelé « fromager »), un grand arbre des zones tropicales, originaire de Java.

Le kapok (en malais : kapuk) est une fibre végétale que l'on tire de fruits de plusieurs arbres de la famille des Bombacaceae , en particulier ceux du kapokier (Ceiba pentandra, aussi appelé « fromager »), un grand arbre des zones tropicales, originaire de Java.